LOSC

Cri d'amour, coup de gueule... la réaction de patron de Benzia

Benzia est prêt à tout pour maintenir le LOSC

Le LOSC est à l'arrêt. Au milieu des mines déconfites, Yassine Benzia continue d'haranguer et de motiver... Le vice-capitaine lillois explique sa situation dans L'Equipe.

"J'aime le LOSC." Dans les colonnes de L'Equipe, Yassine Benzia se montre déterminé, il veut sauver le LOSC. Lyonnais de formation; l'attaquant repositionné milieu de terrain clame son amour pour l'écurie nordiste : "j'ai été très bien accueilli. C'est un beau club, une belle ville..." Un beau club en danger. Dix-neuvièmes, les Loscistes n'ont plus gagné depuis le 28 janvier... La faute à un manque d'implication, à en croire le vice-capitaine : "ça me heurte. Avec le coach, on essaye de trouver des leviers. Au détriment du talent. Seuls compteront des joueurs mobilisés."

"Ceux qui n'auront pas envie devront rester sur la touche", assure l'international algérien. Une référence à Mike Maignan, hors du groupe contre Bordeaux ? "Non,. Il a toujours encouragé et pris la parole, assure Benzia. C'est un choix sportif du coach." Christophe Galtier a décidé de ne faire confiance qu'aux joueurs capables de tout donner pour sauver le LOSC... Ceux qui ont pleuré lors de la défaite contre Amiens, notamment. "Le coach a sûrement vu des joueurs pleurer. Cela prouve qu'ils sont concernés, mais on ne va pas se mentir : tout le monde n'est pas impliqué." 

Benzia s'impose en patron

La nouvelle direction lilloise avait semble-t-il attiré des éléments en leur promettant un futur radieux. Thiago Mendes, Thiago Maïa ou Junior Alonso sont souvent cités... "Il y a sûrement des joueurs qui pensent un peu plus à leur futur. Ou à leur envie personnelle", admet Yassine Benzia sans jamais citer de nom. "C'est ce qui fait qu'on a du mal à avancer, regrette-t-il. Mais il faut créer un groupe le plus vite possible pour s'en sortir." Recréer un groupe alors qu'il ne reste plus que six rencontres à jouer, cela semble compliqué...

Mais l'ancien Lyonnais est prêt à tout donner et à fédérer ses partenaires autour de lui. "Je suis l'un des joueurs qui a le plus de matches en Ligue 1 et le plus de bouteille, assume-t-il. Mon rôle est de protéger mes coéquipiers. C'est normal quand je râle sur les arbitres. J'estime qu'il y a beaucoup d'injustices à notre égard." Face à un groupe jeune, Yassine Benzia endosse le costume de patron : "j'essaie de montrer l'exemple en faisant beaucoup d'efforts. Peut-être que ça joue sur la lucidité à certains moments. Je dois rester concentré pour faire les bons choix."